Home Army Technology Pakistan army: Militant raid on security post kills soldier – Yahoo News Canada

Pakistan army: Militant raid on security post kills soldier – Yahoo News Canada

17 min read
0
12

Initiative de journalisme local

Décoration Brassard fête son 45e anniversaire

L’entreprise Décoration Brassard a récemment célébré son 45e anniversaire. La famille Brassard accueille depuis toutes ces années clients et amis pour les aider et les inspirer pour tout ce qui touche le design d’intérieur, la conception d’espaces, la décoration ainsi que la rénovation. Eugène Brassard a toujours baigné dans le monde de la rénovation. Son frère tenait un commerce en revêtements de planchers dans lequel il a été impliqué dès l’âge de 14 ans. Un peu plus tard, il a déménagé à Saguenay, où il a travaillé pour un autre commerce d’aménagement intérieur. En 1976, l’homme a voulu devenir son propre patron et il a donc fondé Décoration Brassard avec sa femme, Jocelyne Turcotte, qui était comptable de métier et en plus couturière à ses heures. Le duo se complétait à merveille, alors qu’elle pouvait faire, en plus des tâches administratives, la couture des rideaux pendant que lui faisait la pose, en soirée, des planchers qu’il avait vendus dans la journée. Si les parents ont tenu à deux la boutique, ils ont après quelques années agrandi l’équipe avec des décoratrices, une technicienne en architecture, des poseurs de plancher, etc. Leur fille Jennifer, qui est aujourd’hui propriétaire de la boutique, se rappelle ses visites régulières du commerce, lorsqu’elle était très jeune. « Ils étaient d’abord spécialisés en plancher. Donc il y avait beaucoup de choix de planchers, toujours de la peinture et des habillages de fenêtres. C’était leur force. Il y avait moins de décorations, mais beaucoup de papiers peints ! Je me rappelle les grosses fleurs et les motifs », se remémore la propriétaire. L’entreprise a continué de grandir avec les années. Jennifer s’est jointe à l’équipe en ajoutant le volet design d’intérieur, il y a de ça 21 ans. Sa sœur Isabelle est aussi entrée dans l’entreprise familiale, alors qu’elle fêtait, au passage du Progrès jeudi, son 26e anniversaire dans l’équipe. L’emplacement de la boutique a aussi beaucoup changé avec les années. Installée d’abord sur la rue Saint-Jacques, la boutique a ensuite déménagé dans un plus petit local, au Carré Davis, pour enfin se retrouver au 1969 rue Davis, son emplacement actuel. Changement de propriétaire Pendant son deuxième congé de maternité, Jennifer a appris que son père avait mis l’entreprise en vente, sans vraiment lui en parler. « Je l’ai appelé et je lui ai demandé ce qui se passait. Mon père m’a annoncé que la boutique était en vente et qu’il avait même un acheteur. Je lui ai donc dit que ça m’intéressait de reprendre la boutique, que je me demandais pourquoi il ne m’en avait pas parlé avant. C’est là qu’il m’a dit qu’il ne voulait pas nous imposer les difficultés de tenir la boutique, à nous, ses enfants », explique la jeune entrepreneure. Jennifer lui a donc démontré que pour elle, ce n’était pas un fardeau, mais un désir. Elle voulait reprendre les rênes de l’entreprise familiale. Dans le contrat que son père avait signé, il était indiqué que si, dans les douze premiers mois après la vente, un enfant du fondateur démontrait de l’intérêt à reprendre l’entreprise, le contrat était annulé. Jennifer a donc pu reprendre la boutique. Elle a commencé par acheter des actions de l’entreprise, à 29 ans, et à 38 ans elle est devenue la seule actionnaire. Ses parents ont quant à eux pris leur retraite. La clé de son succès Pour survivre dans cette industrie changeante pendant 45 ans, Décoration Brassard a dû s’adapter, mais aussi prendre soin de ses clients, tout comme de son personnel. « La force qu’on a, c’est qu’on a vraiment une belle équipe. On a toujours su bien s’entourer. Ce qui fait une bonne entreprise, selon moi, ce sont les gens qui y travaillent », souligne la designer. Décoration Brassard compte aujourd’hui deux décoratrices, une dessinatrice en bâtiment, une adjointe administrative, une spécialiste en commandes/réception, un administrateur d’entrepôt et deux installateurs. Jennifer traite aussi les membres de son entreprise comme sa famille, ce qu’elle a appris en regardant ses parents dans leurs rôles de patrons. « Mes parents me disaient souvent qu’ils faisaient vivre d’autres personnes dans leur passion, que c’était important comme rôle. C’était une bonne raison de se lever chaque matin et ce qui les rendait contents de faire ce métier. C’étaient de bons entrepreneurs, très authentiques, pas d’ego, ils ont toujours été de bons modèles », continue-t-elle. La clientèle compte également beaucoup pour ce succès continu. Jennifer pense que les clients du commerce d’Arvida sont particulièrement patients et qu’ils ont toujours de bonnes idées. Quand un intéressé entre dans la boutique, il est traité comme un ami, peu importe son projet, et elle sait que c’est très apprécié. Reprendre les rênes de l’entreprise familiale: un défi stimulant pour jennifer brassard Tout comme son père l’a été, Jennifer Brassard est, depuis son enfance, plongée dans l’univers de la décoration et de la rénovation. Ce n’est donc pas une surprise que la jeune femme ait voulu reprendre les rênes de l’entreprise familiale et qu’elle soit l’unique propriétaire, depuis deux ans. Dès son jeune âge, Jennifer Brassard savait ce qu’elle allait faire dans la vie. Pas question d’être docteure ou vétérinaire, elle voulait devenir décoratrice. La femme de 40 ans a donc fait un DEP en décoration intérieure et de présentation visuelle, avant de prendre une année sabbatique. C’est à ce moment qu’elle a réalisé qu’elle voulait en faire plus. « Je me suis dit que je voulais être plus que décoratrice. Je ne voulais pas simplement décorer des maisons, je voulais faire des plans, faire des trucs un peu plus compliqués. J’aime ça quand c’est plus technique, que ça demande plus de recherches », continue-t-elle. Elle est donc retournée sur les bancs d’école pour faire la technique en Design d’intérieur au Cégep de Rivière-du-Loup avant de revenir travailler pour l’entreprise familiale. Au fil des années, l’employée a pris sa place et a amené grâce à son parcours et ses connaissances, une foule de nouveautés dans la boutique. C’est d’ailleurs elle qui a ajouté le volet du design pour Décoration Brassard, alors que la boutique ne comptait que la décoration. « Maintenant, on compte des services en rénovation majeure ou mineure et en conception d’armoires. Tout ça, on ne l’avait pas avant. Quand j’ai amené ça avec ce volet, avec en plus mes logiciels, c’est sûr que ç’a été un gros changement pour mes parents », avoue-t-elle. Il a été très important pour elle d’amener dans l’entreprise un côté plus moderne, avec entre autres l’utilisation des technologies, ainsi que des médias sociaux. Des choix à faire Maintenant que l’entrepreneuse a repris l’entreprise familiale, elle avait plusieurs choix à faire. Au lieu de concentrer ses actions vers une expansion et de faire le plus de profits possible, Mme Brassard a décidé de miser sur les atouts de l’entreprise et de les rendre encore meilleurs. « Je ne veux pas avoir plus de membres dans l’équipe, mais je veux qu’on soit tous les meilleurs. Des dossiers, je n’en veux pas plus, mais je veux qu’on les traite tous de la même façon, alors qu’ils sont tous hyper importants pour nous, même les plus petits », note-t-elle. Après 21 ans de services, la propriétaire compte plusieurs chapeaux pour l’entreprise. En plus de ce titre, elle est aussi designer, responsable des médias sociaux, responsable des installations et bien plus. « Je suis vraiment contente de continuer ce que mes parents ont commencé, que l’entreprise soit toujours à jour et que nous soyons toujours appréciés du public et des gens qui en ont besoin après 45 ans », confie-t-elle. Quand l’entrepreneuse pense à la suite, elle n’a pas d’objectifs fixes. Mais elle tient à ce qu’elle et les membres de son équipe continuent à se peaufiner, à faire différentes formations, à devenir meilleurs dans ce qu’ils font déjà. Une forte demande en rénovation en lien avec la pandémie Le confinement n’a pas eu que des conséquences négatives. Pour le domaine de la rénovation et la décoration, Jennifer Brassard a remarqué une effervescence des demandes touchant plusieurs types de rénovations, comme les agrandissements et la création d’espaces de travail. Myriam Arsenault, Initiative de journalisme local, Le Quotidien

Let’s block ads! (Why?)


Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also

Hope for Indo-Pak peace, with caution – The Indian Express

The winds of a tentative peace are once again blowing in India and Pakistan. The two neigh…